Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo ( Diotis maritime )

Le Diotis maritime (Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo) fait partie de la famille des Astéracées (Asteraceae). Sa période de floraison s’étale de mai à octobre. Ses autres noms communs sont le Diotis cotonneux, le Diotis blanc, l’Achillée maritime, la Santoline maritime, la Santoline-cyprès.

Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo

Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo


Répartition française :
En France, on retrouve cette espèce dans les départements suivants : La Manche (Cosqueville), l’Ille-et-Vilaine (Station découverte en 2000 par Galibourg dans la commune de Saint-Coulomb), le Finistère (Trégennec), le Morbihan (Plouhinec), la Loire-Atlantique (Turballe), la Vendée (Dunes au sud de l’île de Noirmoutier, entre Brétignolles-sur-Mer et les Sables-d’Olonne), les Landes (Soorts-Hossegor), les Pyrénées-Atlantiques, les Pyrénées-Orientales (Argelès-sur-Mer), l’Hérault (Dune en avant de l’Etang de Vic à Frontignan), l’Aude (Leucate), dans le Var (Presqu’île de Giens).Autrefois, signalé par H des Abbayes, elle a disparu des Côtes-d’Armor. Elle semble avoir également disparu en Charente-Maritime.

Ecologie :
Il pousse sur la dune mobile voire sur la dune embryonaire ou sur dune semi-fixée. Elle est menacée par le nettoyage mécanique des plages.
Phytosociologie : Ammophiletalia australis 25.0.1 Communautés des avants-dunes et dunes meubles à semi-fixées, essentiellement méditerranéennes avec irradiation prépontique et hyper-atlantique.
Honckenyo peploidis – Elymetalia arenarii 33.0.1 Communautés vivaces européennes, boréoatlantiques à atlantiques, subnitrophiles, des dunes vives ou des bordures maritimes sablo-graveleuses plus ou moins enrichies en matière organique.
Ammophilion arenariae 25.0.1.0.1 Végétation vivace pionnière des sables dunaires cantabro-atlantiques.

Protection :
L’espèce est protégée dans les régions suivantes : Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Basse-Normandie, Bretagne, Provence-Alpes-Côte-D’azur, Pays-de-la-Loire. Elle est protégée dans les départements suivants : la Haute-Corse, la Corse-du-Sud, la Manche.

Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo

Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo


Description :
La plante mesure de 10 à 40 cm de hauteur. Elle se présente en général en touffe. Les tiges droites sont recouvertes de poils cotonneux. Ce n’est que dans la partie supérieure que la plante peut se ramifier. Les feuilles sont oblongues. Elles sont également blanches cotonneuses. La nervure centrale est bien marquée. Certaines feuilles sont légèrement crénelées à leur extrémité arrondie. L’inflorescence se présente assez souvent en corymbe de capitules. Elle ne présente pas de ligules. Le pédoncule est généralement court. La fleur est de couleur jaune. Elle comporte 5 dents bien visibles dépassant les bractées cotonneuses. Le tube centrale se prolonge à la base par deux appendices membraneux (d’où le nom de Diotis qui vient du grec « Diôtos » qui signifie « 2 oreilles »).
Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo

Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo


Usage / autres particularités
Cette plante est très aromatique : elle délivre une forte odeur de santoline.

Taxonomie :
Achillea maritima (L.) Ehrend. & Y.P.Guo a pour synonymes (Informations issues de la BDTFX Version 2.0, Tela Botanica) :
– Athanasia maritima (L.) L.
– Gnaphalium legitimum Bubani
– Gnaphalium legitimum Gaertn.
– Otanthus maritimus (L.) Hoffmanns. & Link
– Diotis candidissima Desf.
– Diotis maritima (L.) Desf.
– Filago maritima L.
– Neesia maritima Spreng. ex Steud.
– Santolina maritima (L.) Crantz
– Santolina tomentosa Lam.
– Diotis maritima Sm.
– Diotis maritima (L.) Coss.

Bibliographie :
– Les quatre flores de France – P. Fournier – Editions Lechevalier 1961
– Flore et végétation du massif armoricain – H. des Abbayes – Editions d’arts réédition 2012
– Flore de France – H. Coste – Librairie des sciences et des Arts 1937
– Flore des Côtes d’Armor – Collectif – Editions Siloe 2006
– La flore d’Ille et vilaine – Louis Diard – Editions Siloe 2005
– La flore du Finistère – Collectif – Editions Siloe 2009
– La flore du Morbihan – Gabriel Rivière – Editions Siloe 2007
– Atlas floristique de la Loire-Atlantique et de la Vendée – Pierre Dupont – Editions Siloe 2001
– Flore vasculaire de Basse-Normandie – Michel Provost – Presses universitaires de Caen 1998
– Le Var et sa flore – Collectif – Naturalia Publications 2008

Ce contenu a été publié dans Fiche de plantes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *